En poursuivant votre navigation sur http://www.semences-et-progres.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies (en savoir plus). Ok

Sommaires par numéro

Numéro 187 / Octobre 2018
En prévision de la campagne 2019 du maïs consommation, ce numéro dresse le bilan de la récolte qui s’achève et présente l’offre de 1 130 variétés, dont 180 nouveautés, pour les prochains semis. Un panorama complété par un zoom sur la stratégie des semenciers, et l’évolution de leur part de marché estimée, et les tableaux des caractéristiques des 49 maïs inscrits cette année au Catalogue français.
La coopérative Arterris, 1ere entreprise de multiplication de semences en France, avec environ 20 000 ha, annonce pour 2019 une réorganisation de ses sites.
En céréales à paille, la moisson 2018 se caractérise par des rendements moyens, mais une qualité correcte. Les mélanges de variétés sont autorisés depuis début juillet, ce qui devrait ouvrir de nouveaux marchés. Grâce au redressement des cours du blé, la campagne 2018-19 de traitement de semences est assez dynamique, et compense, en partie, la perte de l’imidaclopride.
En plants de pomme de terre, les rendements diminuent, mais les calibres moyens et petits permettront de servir les marchés. Les ventes de semences fourragères, en baisse sur 2017-18, devraient grimper au printemps 2019, au vu des besoins des éleveurs. Après une année difficile pour le lin oléagineux, les prévisions de surfaces pour 2018-19 étaient au mieux stables.
Conséquence des méga-fusions dans les phytos, les portefeuilles produits sont bouleversés et des positions se renforcent sur le marché français. Enfin, dans les fertis, les fabricants d’engrais azotés concilient performances technico-économiques et attentes sociétales.
 
Numéro cahier spécial maïs N187 / Octobre 2018
Au sommaire de ce numéro spécial :

• Le détail de l‘offre des semenciers pour les semis
du printemps 2019,

• La description des caractéristiques des variétés inscrites
au Catalogue français, et disponibles sur le marché
pour la nouvelle campagne.
Numéro 186 / Juin 2018
Un numéro largement consacré aux interprofessions. Catherine Dagorn, directrice générale du Gnis présente le nouveau mode de financement de l’interprofession et fait le point sur l’avancée du plan de la filière semences et plants. Alors que le futur règlement bio de l’UE prévoit pour 2035 la fin des dérogations autorisant le recours aux semences conventionnelles non traitées, le Gnis vise 2025. Il réaffirme aussi le rôle essentiel de l’innovation variétale dans la transition écologique.
De son côté, Antoine Henrion, président de Terres Univia explique le plan CVO 2018-2020 de la filière des huiles et protéines végétales. Il insiste sur la volonté de produire et transformer en France et d’atteindre l’autonomie en protéines végétales d’ici 2030. Le secteur a besoin de variétés plus endurantes face au changement climatique, et encore plus qualitatives.
Sur les marchés, les premières prévisions de la moisson pour les céréales à paille, et le détail des surfaces de multiplication des variétés d’hiver. Les estimations de la sole maïs, les espoirs de la filière française du riz et la première crise de l’après-quotas dans la betterave sucrière. Un tour de plaine dans l’Europe à 28. Parmi les entreprises, l’Inra confirme ses orientations stratégiques autour du plan « L’innovation en actions ». Saaten-Union Recherche, devenue Asur Plant Breeding, se donne les moyens de poursuivre ses investissements. TOP Semence bat, en 2018, un record de surfaces. Quant à Semences de France, elle s’implique dans le lin oléagineux.
Dans les phytos, les graminées, une problématique montante pour la betterave. En fertis, les cultures intermédiaires multiservices sont un levier pour atténuer les changements climatiques. Aurea Agrosciences propose SPIRIT Sol+ pour une analyse et une caractérisation rapide des sols. Sumi Agro fait homologuer ses biostimulants sous la marque Seipro.
 
Dernier numéro
Voir le dernier numéro
Sommaires
Derniers numéros
CAHIER SPÉCIAL
Voir le cahier spécial